Jump to content
Forums Tennis-Classim
Roche

The inner Game par Tim Gallwey

Recommended Posts

j'ai ce livre sous la main et je n'arrive pas à lire plus de 10 pages d'affilée tellement il est riche et ouvre des portes ....

Je suis obligé de lire et relire , de prendre des notes et de pratiquer certaines choses pour toucher du doigt les effets ...bref quand on s'attaque à ce livre on est heureux et perdu à la fois.Je m'explique , je pense qu'à un moment donné il faut lâcher la technique ( si tant est qu'elle soit suffisamment correcte ) pour ouvrir les "chakras tennistiques" permettant d'explorer toute l'étendue de son potentiel.

Cette démarche passe donc par le mental , l'intérieur , comprendre comment ça marche , comment l'utiliser en compétition et au sens large dans la vie de tous les jours.

Très vite dans ce livre , après avoir pris conscience des 2 moi , Gallwey explique que pour tendre vers l'unité mentale , la tranquillité de l'esprit , il faut désapprendre à juger , ne pas accorder de valeur , positive ou négative à l'évènement , au coup, juste le constater tel qu'il est afin de ne pas venir entraver à terme l'expression pure et fluide du moi 2 .. laisser faire , laisser jouer ...

Alors je dis oui génial , ça me parle , je veux explorer ça mais comment faire hein expliquez moi un peu comment bordel dans son coin après des années de tennis inappropriées on peut faire pour chercher du bonheur dans ce genre de démarche nouvelle !!??

HELP..

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un livre référence pour moi ! le bouquin que j'ai sans doute le plus prêté...(quelques fois sur des prêts longue durée ;) ) il fait parti de ma trilogie : "the inner game"," un nouveau coaching pour gagner", "soyez P R O" (Ronan Lafaix ).... avec" L'alchimiste" de Paulo Coelho

vintage:

HzR8x5MgvDw

HD:

q8X0v1NgXgQ

Share this post


Link to post
Share on other sites
Très vite dans ce livre , après avoir pris conscience des 2 moi , Gallwey explique que pour tendre vers l'unité mentale , la tranquillité de l'esprit , il faut désapprendre à juger , ne pas accorder de valeur , positive ou négative à l'évènement , au coup, juste le constater tel qu'il est afin de ne pas venir entraver à terme l'expression pure et fluide du moi 2 .. laisser faire , laisser jouer ...

Là dessus ça va dépendre aussi de la manière de fonctionner du joueur : il y a ceux qui vont atteindre la zone par une certaines tranquilité de l'esprit qui va provoquer du relâchement (type Federer) mais d'autres qui vont avoir besoin de se retrouver à un niveau d’excitation important pour jouer leur meilleur tennis (type Nadal).

Pour ta question, c'est à mon sens une volonté d'aborder différemment le tennis et de le replacer tout d'abord comme un jeu (avec la notion de plaisir associée) et non plus forcément un sport (avec l'obligation de résultat et la pression qui en découle). Ça va aussi passer par trois caps :

- se connaitre soi même : ses points forts, ses points faibles.

- ne pas tenir compte du classement (le sien et celui de l'adversaire) pour revenir à la confrontation entre deux personnes avec leur propres forces et leur propres faiblesse. Ça évite les préjugés et permet d'ouvrir son esprit à ce qui se passe au delà du filet en analysant l'adversaire

- se donner le droit à l'erreur. Beaucoup de joueurs ne supportent pas de faire une faute et sortent de leur match à ce moment là.

Après, cet état ne peut s'obtenir qu'à partir du moment ou la préparation a été optimale avant, en particulier sur les plan techniques et physique, sinon, le doute va s'installer dans l'esprit du joueur. Par contre, le risque est justement de trop attendre de cette préparation, et de se mettre une pression supplémentaire (j'ai fait l'effort à l'entraînement donc je dois réussir). Par contre ce sont des fondations indispensables.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ok

Oublions la technique et le physique ( supposons les bons ) pour se concentrer juste sur la gestion du mental pour faire en sorte de laisser jouer le corps qui , comme un bon ordinateur , sait faire les choses.

Cette après midi j'ai joué et mon objectif était de ne pas juger mes coups mais déjà le fait de penser à ne pas juger entraine l'esprit dans des réflexions qu'il est difficile d'éloigner ! Ne pas juger !!?? toute notre éducation est faite sur le jugement , partout dans la vie il y a du jugement , c'est extrêmement difficile de s'affranchir de ça .Alors pour me faciliter la tâche je suis resté vigilant sur mes pieds , je portais mon attention avant chaque frappes sur mes appuis en me disant par exemple , où ils sont ? les sens tu ? ressens tu quand tu te déplaces la cohérence de ton jeu de jambe , son implication dans la frappe et ça a plutôt bien fonctionné.

Donc pour éloigner ce sacré jugement , se focaliser sur une chose parait être un bon outil ... Mais ça m'a couté énormément d’énergie d'essayer de maitriser mes pensées à la fin des 2 sets j'étais véritablement épuisé !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que ce que tu décris peut être une attitude anxieuse liée à un déficit d'attention.

Tu dis que tu as du mal a ne pas juger les coups et que tu pars dans tes pensées. C'est que tu as du mal a rester dans le moment. Tu as du mal a te concentrer. D'ailleurs tu dis aussi avoir du mal a avancer dans le bouquin.

Je ne connais pas ton bouquin ni l'auteur. Mais sans partir dans l'ésotérique, un gros sujet d'études en neurosciences en ce moment c'est le mbsr, la méditation de pleine conscience. Ca correspond a ce que tu essayes de faire en te concentrant sur tes sensations.

Si ca te tente lis ça. C'est sans doute moins ésotérique que ton bouquin, ce qui faut c'est que tu trouves qqc qui te corresponde.

http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/12/meditation-pleine-conscience-explications_n_3070940.html

http://christopheandre.com/meditation_CerveauPsycho_2010.pdf

http://www.futura-sciences.com/flash/d/e2014-demi-heure-meditation-jour-anxiete-depression-51439/

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=Mbsr

Et sur les troubles de l'attention. http://www.centam.ca/deficit_attention.html

Voila, si a part du tennis tu as l'impression que tu as une sorte de frénésie perpétuelle, que tu es incapable de rester vraiment longtemps sur une tache qui requiert de la minutie, que tu te sens obligé de surfer sur ton smartphone des que tu as deux minutes ou que tu t'ennuies très vite, il est possible que tu aies un troubles de l'attention tout simplement

Share this post


Link to post
Share on other sites

ok

Oublions la technique et le physique ( supposons les bons ) pour se concentrer juste sur la gestion du mental pour faire en sorte de laisser jouer le corps qui , comme un bon ordinateur , sait faire les choses.

Cette après midi j'ai joué et mon objectif était de ne pas juger mes coups mais déjà le fait de penser à ne pas juger entraine l'esprit dans des réflexions qu'il est difficile d'éloigner ! Ne pas juger !!?? toute notre éducation est faite sur le jugement , partout dans la vie il y a du jugement , c'est extrêmement difficile de s'affranchir de ça .Alors pour me faciliter la tâche je suis resté vigilant sur mes pieds , je portais mon attention avant chaque frappes sur mes appuis en me disant par exemple , où ils sont ? les sens tu ? ressens tu quand tu te déplaces la cohérence de ton jeu de jambe , son implication dans la frappe et ça a plutôt bien fonctionné.

Donc pour éloigner ce sacré jugement , se focaliser sur une chose parait être un bon outil ... Mais ça m'a couté énormément d’énergie d'essayer de maitriser mes pensées à la fin des 2 sets j'étais véritablement épuisé !

Il faut t’entraîner sur des cibles, ainsi tu te focaliseras uniquement sur l'objectif (intention de jeu). La clef c'est de n'avoir plus que cette balle dans la tête et l'endroit où tu la joues.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que ce que tu décris peut être une attitude anxieuse liée à un déficit d'attention.

Tu dis que tu as du mal a ne pas juger les coups et que tu pars dans tes pensées. C'est que tu as du mal a rester dans le moment. Tu as du mal a te concentrer. D'ailleurs tu dis aussi avoir du mal a avancer dans le bouquin.

Je ne connais pas ton bouquin ni l'auteur. Mais sans partir dans l'ésotérique, un gros sujet d'études en neurosciences en ce moment c'est le mbsr, la méditation de pleine conscience. Ca correspond a ce que tu essayes de faire en te concentrant sur tes sensations.

Si ca te tente lis ça. C'est sans doute moins ésotérique que ton bouquin, ce qui faut c'est que tu trouves qqc qui te corresponde.

http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/12/meditation-pleine-conscience-explications_n_3070940.html

http://christopheandre.com/meditation_CerveauPsycho_2010.pdf

http://www.futura-sciences.com/flash/d/e2014-demi-heure-meditation-jour-anxiete-depression-51439/

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=Mbsr

Et sur les troubles de l'attention. http://www.centam.ca/deficit_attention.html

Voila, si a part du tennis tu as l'impression que tu as une sorte de frénésie perpétuelle, que tu es incapable de rester vraiment longtemps sur une tache qui requiert de la minutie, que tu te sens obligé de surfer sur ton smartphone des que tu as deux minutes ou que tu t'ennuies très vite, il est possible que tu aies un troubles de l'attention tout simplement

Oui , la sophro m'a permis de cibler mon gros point faible et cette faculté à ne pas rester dans le moment présent. Je connais les ouvrages ( Christophe André entre autres ) de pleine conscience et je travaille avec mais franchement c'est bien plus ésotérique que le livre de Gallwey ! Merci pour ta confirmation quoiqu'il en soit , la pleine conscience , la connexion à l'instant présent est une qualité à maitriser dans le tennis de compétition je dirais même que l'alternance très rapprochée entre l'hyper concentration et l'hyper relâchement représente pour moi la maitrise totale .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut t’entraîner sur des cibles, ainsi tu te focaliseras uniquement sur l'objectif (intention de jeu). La clef c'est de n'avoir plus que cette balle dans la tête et l'endroit où tu la joues.

Oui ça ça me parle , j'ai commencé à sentir de la progression dans mon jeu ,dans la gestion de mon calme en pratiquant ce genre d'exercices ... Mes zones , mes cibles , et je rajoute , pour mon cas , puisque j'ai un problème de connexion au sol et de diaphragme , la respiration et la sensation des pieds dans le sol ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui , la sophro m'a permis de cibler mon gros point faible et cette faculté à ne pas rester dans le moment présent. Je connais les ouvrages ( Christophe André entre autres ) de pleine conscience et je travaille avec mais franchement c'est bien plus ésotérique que le livre de Gallwey ! Merci pour ta confirmation quoiqu'il en soit , la pleine conscience , la connexion à l'instant présent est une qualité à maitriser dans le tennis de compétition je dirais même que l'alternance très rapprochée entre l'hyper concentration et l'hyper relâchement représente pour moi la maitrise totale .

Les mecanismes d'action de la meditation sont peu connus il y a beaucoup de recherches sur le sujet. Mais en soi ce n'est pas esoterique du tout. La meditation de pleine conscience en gros c'est de la meditation laique sans connotation mystique ni spirituelle.

C'est ce qui en fait un sujet de recherche interessant, on demande a des gens de juste de concentrer au maximum sur le moment present en ressentant sans emettre de jugement et on voit plein de choses se passer.

Je pense juste que se concentrer est tres difficile et une activite multitache comme le tennis ne facilite pas la chose. Peut etre que travailler une seule chose a la fois est plus facile du moins dans un premier temps.

Et sur l'alternance concentration relachement, on peut considerer que c'est une alternance entre phase meditative et phase hypnotique pour aller dans sa bulle.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un livre référence pour moi ! le bouquin que j'ai sans doute le plus prêté...(quelques fois sur des prêts longue durée ;) ) il fait parti de ma trilogie : "the inner game"," un nouveau coaching pour gagner", "soyez P R O" (Ronan Lafaix ).... avec" L'alchimiste" de Paulo Coelho

vintage:

HzR8x5MgvDw

HD:

q8X0v1NgXgQ

je vote pour toi au prochaine présidentielle !!! L'alchimiste oui aussi et je rajouterais la nuit des temps de Barjavel mais ça c'est mon côté romantique qui parle .

Dis moi , à part ça , toi qu'en as tu fais de ces livres ,comment les as tu utilisés !!??

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un lien que j'ai trouve intéressant qui présente de manière simple et rationnelle la méditation et qui cite aussi galwey c'est un bouquin des annees 70 (!)

http://www.envsn.sports.gouv.fr/images/stories/pdf/sport-et-haut-niveau/prepa-mentale/fiches-pratiques/fiches-outils-j-agis/11-meditation-et-sport.pdf

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un lien que j'ai trouve intéressant qui présente de manière simple et rationnelle la méditation et qui cite aussi galwey c'est un bouquin des annees 70 (!)

http://www.envsn.sports.gouv.fr/images/stories/pdf/sport-et-haut-niveau/prepa-mentale/fiches-pratiques/fiches-outils-j-agis/11-meditation-et-sport.pdf

Écoute là on a tout dit , cet article est parfait , simple accessible à tous et avec des exercices faciles à mettre en œuvre.

Merci pour ce lien qui synthétise très bien ce vers quoi j'essaie de tendre avec mon club, mes élèves et moi même en tant que compétiteur amateur en quête de paix intérieure !!

Alors si je résume un peu :

Loulou : Me propose de travailler sur des cibles , focaliser sur l'intention de jeu, la balle , la zone .. ( visualisation , programmation , laisser faire ) OK

Karel : Propose , pour que mon esprit reste sur cet objectif , de développer les mécanismes attentionnels et les processus de concentration en travaillant avec la pleine conscience. Méditer, c’est s’entraîner aller vers plus d’acceptation de ses états,à « voir les choses telles qu’elles sont », sans jugement envers ses propres sensations, émotions, réactions mentales et au final être plus présent mentalement et physiquement dans l’action. OK

toto31 : de lire l'alchimiste ...je vais le relire ..OK

Marian : compartimenter l'effort de concentration mais ne pas toucher à la technique/tactique ( c'est mon intention , lâcher la technique pour travailler le côté obscur de la force ) . Observer sa respiration pour l'associer positivement à la mécanique de frappe/de toucher de balle uniquement ( parfait pour mon diaphragme et ma connexion au sol ) OK

Très intéressant et pragmatique. Je me suis inscris sur ce blog pour constater que je ne suis pas le seul à réfléchir, apprendre des autres et chercher des solutions pratiques à la mise en place de l'évolution de mon tennis et de ma façon d'enseigner par voie de conséquence. On avance on avance ...Merci

Share this post


Link to post
Share on other sites

Gallwey dit dans son interview posté par toto31 : " Mon rôle n'était pas d'enseigner mais d'aider à apprendre " je pense que c'est un des fondements de la méthode de Tim.

J'ai essayé avec un groupe de dames de niveau 4 ème série la semaine dernière d'expérimenter ça : laisser le corps apprendre , corriger et finalement trouver une solution tout seul ... Vous le croyez ou pas mes l'une de ces dames avait un coup droit poêle à frire et en 3 exercices où j'ai utilisé des images , des déviations et quasiment rien de technique , cette dame à réussi à comprendre et à éprouver seule le changement pour finir par savoir lifter et laisser vivre le bras , c'était merveilleux pour elle et pour moi ... Et je ne suis qu'à la page 60 du livre qui en compte 200 !!! Qu'elle surprise cela va t-il me réserver ....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Gallwey dit dans son interview posté par toto31 : " Mon rôle n'était pas d'enseigner mais d'aider à apprendre " je pense que c'est un des fondements de la méthode de Tim.

J'ai essayé avec un groupe de dames de niveau 4 ème série la semaine dernière d'expérimenter ça : laisser le corps apprendre , corriger et finalement trouver une solution tout seul ... Vous le croyez ou pas mes l'une de ces dames avait un coup droit poêle à frire et en 3 exercices où j'ai utilisé des images , des déviations et quasiment rien de technique , cette dame à réussi à comprendre et à éprouver seule le changement pour finir par savoir lifter et laisser vivre le bras , c'était merveilleux pour elle et pour moi ... Et je ne suis qu'à la page 60 du livre qui en compte 200 !!! Qu'elle surprise cela va t-il me réserver ....

Depuis mon retours sur le site je ne cesse de me battre, car j'ai exactement cette philosophie.

Pour moi tu es dans le juste.

Tu gagneras du temps en utilisant les schémas moteurs préexistant, tu perdra du temps à vouloir copier ou reproduire ceux des autres.

Bien sur que je te crois, vu qu'en 3 heures sur un débutant j'obtiens des préparations convexes sans jamais parler de préparation.

Voilà une maxime de Courbet qui nourrira ta réflexion :

'l'enseignement est fait de ce qu'il faut savoir taire et de ce qu'il faut savoir dire.'Plus tu muries dans ton enseignement moins tu as besoin de parler.

Voilà un défit à relever: faire un cours de tennis sans raquette. ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai essayé avec un groupe de dames de niveau 4 ème série la semaine dernière d'expérimenter ça : laisser le corps apprendre , corriger et finalement trouver une solution tout seul ... Vous le croyez ou pas mes l'une de ces dames avait un coup droit poêle à frire et en 3 exercices où j'ai utilisé des images , des déviations et quasiment rien de technique , cette dame à réussi à comprendre et à éprouver seule le changement pour finir par savoir lifter et laisser vivre le bras

C'est intéressant. Tu peux en dire un peu plus sur les situations et les images que tu as utilisé ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis un adepte du travail dans les carrés de service tout d'abord.

j'ai commencé par posé le thème - le relâchement.

j'ai donné les étapes du processus pour le trouver - poignet - sol - souffle

Et donc nous avons commencé face à face dans les carrés avec un seul objectif " laisser vivre son poignet ". Je ne dis rien de plus, je laisse faire et je porte mon attention sur comment chacune d'entre elles " laisse vivre son poignet ". On s'arrête on débriefe sur les sensations éprouvées et on repart mais cette fois je passe et je donne des images comme " imaginez que vous faites un ricochet et que le caillou c'est votre raquette " , " vous avez un lasso et vous voulez fouettez le cul de votre mari ( ça marche bien !! ) ", ou encore " laissez voyager votre poignet et regardez le passer devant vous librement ". Déjà on note des changements et les crispations disparaissent.

Deuxième étape , je passe par le sol, même exercice sauf que là , face à face dans les carrés , appuis de face ( pour sentir la rotation naturelle du haut du corps ) , j'insiste sur le fait de s'enraciner , de sentir ses pieds dans le sol comme une base forte où l'on puise son énergie. Je ne parle plus du poignet je leur demande de focaliser leur attention juste sur les pieds. Je laisse faire , je circule , je dis quasiment rien ou juste des trucs comme " vous êtes comme un ressort , vos jambes se plient légèrement et pompent l'énergie dont vous avez besoin ... " et là tu vois les visages qui changent les dames deviennent " entières " si j'ose dire , ça devient presque sérieux .. le poignet continue à voyager sans que je ne dise plus rien, elles comment à trouver une réponse et à éprouver la logique du mouvement .

dernière phase , j'introduis la respiration. Le soufffle va accompagner la balle comme une plume qu'on voudrait faire voleter dans l'air. Je ne parle plus de poignet ni de pieds mais juste de plume et de souffle en leur demandant d'accompagner leur balle de la frappe jusqu'au camp adverse par un souffle léger mais régulier. A ce moment je passe et ne demande qu'à entendre ce souffle rien de plus.

Voilà grossso modo mon expérimentation qui a entrainé la libération du geste sans consigne technique particulière. L'intelligence du corps a fait son travail.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voilà grossso modo mon expérimentation qui a entrainé la libération du geste sans consigne technique particulière. L'intelligence du corps a fait son travail.

C'est beaucoup inspiré de Ronan Lafaix non ? J'ai l'impression de le retrouver dans ce que tu expliques. :)

Pour le coté consigne, je ne suis pas tout à fait d'accord, il y a eu des consignes précises (coup de fouet, poser les appuis au sol, laisser passer le poignet), mais ça a été fait de manière imagé pour donner en faisant appelle à des sensations kinesthésiques pour les joueurs. C'est là que la démarche est intéressante. Par contre, juste une question, est-ce que tous les élèves du groupe ont réussi avec cette méthode, ou seulement certaines ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

lafaix sors de ce corps :w00t:

je pense qu'il veut dire - pas de consigne "technique" - mais donne des repère visuels/kinesthésique comme tu le dis. C'est aussi de la programmation (si j'ai bien suivi les autres sujets) effectivement on peut considérer que ça reste des consignes.

Ce qui est génial dans cette approche c'est qu'on dit pas "faites un fouetté du poignet" ce qui entraîne une traduction différente pour chaque personne et ça implique de "ne pas réussir une gestuelle". Voir ou sentir, c'est forcement bien réalisé, après les notions de rythme/capacité musculaire vont bloquer certains lus que d'autres.

On aime ou on aime pas mais ça me fait penser au motto de Wegner "find the ball", une leçon avec une débutante :

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est beaucoup inspiré de Ronan Lafaix non ? J'ai l'impression de le retrouver dans ce que tu expliques. :)

Pour le coté consigne, je ne suis pas tout à fait d'accord, il y a eu des consignes précises (coup de fouet, poser les appuis au sol, laisser passer le poignet), mais ça a été fait de manière imagé pour donner en faisant appelle à des sensations kinesthésiques pour les joueurs. C'est là que la démarche est intéressante. Par contre, juste une question, est-ce que tous les élèves du groupe ont réussi avec cette méthode, ou seulement certaines ?

Ronan m'a emmené dans la réflexion effectivement ensuite je trace ma route , je lis , je partage , j'expérimente, je cherche en permanence comment être le plus efficace possible !

Pour répondre à ta question , il n'y a pas eu de changements aussi marquant pour toutes les élèves mais chacune est ressorti différente du cours ayant aussi conscience que les crispations, tensions, ruminements de la vie peuvent t'empêcher de jouer librement au tennis et donc de progresser .

Ce qui m'a le plus intéressé dans cette expérience découle de la phrase de Gallwey : je n'enseigne rien , j'aide juste à apprendre ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis un adepte du travail dans les carrés de service tout d'abord.

j'ai commencé par posé le thème - le relâchement.

j'ai donné les étapes du processus pour le trouver - poignet - sol - souffle

Et donc nous avons commencé face à face dans les carrés avec un seul objectif " laisser vivre son poignet ". Je ne dis rien de plus, je laisse faire et je porte mon attention sur comment chacune d'entre elles " laisse vivre son poignet ". On s'arrête on débriefe sur les sensations éprouvées et on repart mais cette fois je passe et je donne des images comme " imaginez que vous faites un ricochet et que le caillou c'est votre raquette " , " vous avez un lasso et vous voulez fouettez le cul de votre mari ( ça marche bien !! ) ", ou encore " laissez voyager votre poignet et regardez le passer devant vous librement ". Déjà on note des changements et les crispations disparaissent.

Deuxième étape , je passe par le sol, même exercice sauf que là , face à face dans les carrés , appuis de face ( pour sentir la rotation naturelle du haut du corps ) , j'insiste sur le fait de s'enraciner , de sentir ses pieds dans le sol comme une base forte où l'on puise son énergie. Je ne parle plus du poignet je leur demande de focaliser leur attention juste sur les pieds. Je laisse faire , je circule , je dis quasiment rien ou juste des trucs comme " vous êtes comme un ressort , vos jambes se plient légèrement et pompent l'énergie dont vous avez besoin ... " et là tu vois les visages qui changent les dames deviennent " entières " si j'ose dire , ça devient presque sérieux .. le poignet continue à voyager sans que je ne dise plus rien, elles comment à trouver une réponse et à éprouver la logique du mouvement .

dernière phase , j'introduis la respiration. Le soufffle va accompagner la balle comme une plume qu'on voudrait faire voleter dans l'air. Je ne parle plus de poignet ni de pieds mais juste de plume et de souffle en leur demandant d'accompagner leur balle de la frappe jusqu'au camp adverse par un souffle léger mais régulier. A ce moment je passe et ne demande qu'à entendre ce souffle rien de plus.

Voilà grossso modo mon expérimentation qui a entrainé la libération du geste sans consigne technique particulière. L'intelligence du corps a fait son travail.

je trouve qu'il y a des consignes au contraire

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

oui mais des consignes qui s'adressent pas aux mêmes aires du cerveau

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis un adepte du travail dans les carrés de service tout d'abord.

j'ai commencé par posé le thème - le relâchement.

j'ai donné les étapes du processus pour le trouver - poignet - sol - souffle

Et donc nous avons commencé face à face dans les carrés avec un seul objectif " laisser vivre son poignet ". Je ne dis rien de plus, je laisse faire et je porte mon attention sur comment chacune d'entre elles " laisse vivre son poignet ". On s'arrête on débriefe sur les sensations éprouvées et on repart mais cette fois je passe et je donne des images comme " imaginez que vous faites un ricochet et que le caillou c'est votre raquette " , " vous avez un lasso et vous voulez fouettez le cul de votre mari ( ça marche bien !! ) ", ou encore " laissez voyager votre poignet et regardez le passer devant vous librement ". Déjà on note des changements et les crispations disparaissent.

Deuxième étape , je passe par le sol, même exercice sauf que là , face à face dans les carrés , appuis de face ( pour sentir la rotation naturelle du haut du corps ) , j'insiste sur le fait de s'enraciner , de sentir ses pieds dans le sol comme une base forte où l'on puise son énergie. Je ne parle plus du poignet je leur demande de focaliser leur attention juste sur les pieds. Je laisse faire , je circule , je dis quasiment rien ou juste des trucs comme " vous êtes comme un ressort , vos jambes se plient légèrement et pompent l'énergie dont vous avez besoin ... " et là tu vois les visages qui changent les dames deviennent " entières " si j'ose dire , ça devient presque sérieux .. le poignet continue à voyager sans que je ne dise plus rien, elles comment à trouver une réponse et à éprouver la logique du mouvement .

dernière phase , j'introduis la respiration. Le soufffle va accompagner la balle comme une plume qu'on voudrait faire voleter dans l'air. Je ne parle plus de poignet ni de pieds mais juste de plume et de souffle en leur demandant d'accompagner leur balle de la frappe jusqu'au camp adverse par un souffle léger mais régulier. A ce moment je passe et ne demande qu'à entendre ce souffle rien de plus.

Voilà grossso modo mon expérimentation qui a entrainé la libération du geste sans consigne technique particulière. L'intelligence du corps a fait son travail.

As tu utilisé des balles intermédiaires?

Je pense que tu peux obtenir le même résultat avec des balles intermédiaires en jouant sur la hauteur du filet, la description des trajectoires et la focalisation sur certaines zones, en faisant celà il n'y aura plus de 'consignes' mais une liberté totale de réalisation pour arriver à l'objectif. (y) ( En fait j'en suis sûre)

En actif il suffit de fonctionner à l'envers, quelle contraintes vont obliger l'élève à lifter une balle? Dès que tu as la réponse tu as l'exercice.

Allez juste pour le plaisir : Si tu prends un feutre et que tu dessines des lignes sur la balles de tennis, la rotation de la balle sera beaucoup plus visible, tu peux donc augmenter la prise d'effet de tes joueurs en leur demandant simplement de chercher à augmenter la vitesse de rotation de la balle.(ils auront un repère visuel grâce au coup de feutre)

Share this post


Link to post
Share on other sites

As tu utilisé des balles intermédiaires?

Je pense que tu peux obtenir le même résultat avec des balles intermédiaires en jouant sur la hauteur du filet, la description des trajectoires et la focalisation sur certaines zones, en faisant celà il n'y aura plus de 'consignes' mais une liberté totale de réalisation pour arriver à l'objectif. (y) ( En fait j'en suis sûre)

En actif il suffit de fonctionner à l'envers, quelle contraintes vont obliger l'élève à lifter une balle? Dès que tu as la réponse tu as l'exercice.

Allez juste pour le plaisir : Si tu prends un feutre et que tu dessines des lignes sur la balles de tennis, la rotation de la balle sera beaucoup plus visible, tu peux donc augmenter la prise d'effet de tes joueurs en leur demandant simplement de chercher à augmenter la vitesse de rotation de la balle.(ils auront un repère visuel grâce au coup de feutre)

Merci pour les tuyaux ! Je pensais oui aussi utiliser les balles intermédiaires mais déjà faire comprendre à des élèves l'utilité de jouer dans un carré , de ne pas travailler de technique pure, de laisser faire c'est un gros travail alors je voulais ajouter les intermédiaires après !!

Share this post


Link to post
Share on other sites

de ne pas travailler de technique pure,

C'est là où je pense que dans beaucoup de cas, il y a une fausse définition lorsqu'on parle de travailler la technique : ce que tu as fait avec tes élèves, c'est avant tout du travail technique en utilisant un moyen basé sur la kinesthésie en expliquant aux élèves les sensations qu'ils allaient devoir ressentir : poser la appuis, laisser passer la raquette et le poignet, etc... Travailler la technique ce n'est pas forcément mettre les gens en ligne et leur faire répéter des gammes, c'est aussi utiliser d'autres moyens, comme tu l'as fait.

Après, je pense qu'il y a une limite dans l'utilisation exclusive ce cette méthode qui est le type d'apprentissage privilégié des personnes : pour celles qui privilégient le kinesthésique ça va très bien fonctionner, pour ceux qui sont plus auditif ou visuel je suis moins sûr. De plus, pour des gens ayant une mentalité aventureuse (recherche de nouveauté) ça va très bien marcher, mais pour des personnes procédurières, il y a un risque de décalage avec ce qu'elles recherchent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après, je pense qu'il y a une limite dans l'utilisation exclusive ce cette méthode qui est le type d'apprentissage privilégié des personnes : pour celles qui privilégient le kinesthésique ça va très bien fonctionner, pour ceux qui sont plus auditif ou visuel je suis moins sûr. De plus, pour des gens ayant une mentalité aventureuse (recherche de nouveauté) ça va très bien marcher, mais pour des personnes procédurières, il y a un risque de décalage avec ce qu'elles recherchent.

Tout à fait, la réceptivité peut être différente selon le public.

Le tout est de s'adapter :)

A priori, pour le groupe en question, cela fonctionne, tant mieux :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×