Jump to content
Forums Tennis-Classim

All Activity

This stream auto-updates     

  1. Past hour
  2. Passer d'un revers 2 mains à 1 main

    mdr. mieux vaut tard que jamais jajaja
  3. Passer d'un revers 2 mains à 1 main

    Un an et demi après. Pinaise j’espere que le mec n’était pas dans l’urgence technique
  4. Passer d'un revers 2 mains à 1 main

    hello. si tu veux de la puissance faut faire une main ya beaucoup plus d'amplitude. le 2 mains ya plus d'angles et de controles mais c'est peu puissant. apres ca depend ce que tu cherches. et le 2 main c'est plus exigeant niveau placement. le 1 main avec un bon bras tu peux de placer a l'arrache ca passe...
  5. Today
  6. C était la réponse pour nat54
  7. Merci pour ta réponse En fait, pour l instant il n existe que des contrats salariés mais les enseignants aimeraient faire un peu de libéral à travers un statut d auto entrepreneur... Moi je ne suis pas contre mais j aimerais connaître les dangers de cela par vos diverses expériences...
  8. @marie au risque de me repeter pour moi le liberal concerne: - les cours individuels CHOISIS par l'enseignant (et non les cours individuels des meilleurs du club/comité deja prevus avant l'arrivée du prof) - les stages CREES par l'enseignant (et non juste de la dispense de stage dans la continuité de ce qui se faisait avant aux memes dates, avec les memes formules ect) - les cours collectifs /animations spécifiques CREES par l'enseignant (les fit tennis, voir tmcs ect /// en ce qui concerne les cours collectifs, a moins de relancer un club par exemple grace a de nouvelles installations cela reste le travail du club et non l'idée de l'enseignant) tout ce qui est reprise de programmation DEJA EXISTANTE ou se basant sur en grande partie adhérents de +ou- longues dates sans aucun changement dans les formules, c'est du maquillage de contrat à la place du prof, en cas de soucis mineur ou majeur, je vais au prudhomme directement un contrat mixte ok tant qu'il est bien fait, les clubs qui propose du tout libéral comme on en voit de + en + sur la bourse de l'emploi = méfiance +++ pour les enseignants, exploitation au tournant!
  9. Généralement pour la retraite des indépendants c'est le RSI mais les taux de cotisation sont tellement infime que c'est ridicule au final. Le risque en cas de soucis ou même de licenciement c'est que l'enseignant vous attaque pour requalifier en contrat de travail et là vous avez vraiment intérêt à avoir blindé légalement le contrat de coopération libérale en vous assurant bien que : - il puisse chosir ses élèves du club ou hors club sans distinction - qu'il n'y ait pas de lien de subordination avec le club : directive, cotisation ou horaires imposés, utilisation du matériel du club durant la partie libérale, etc... - que les propositions de travail en libéral ne soit pas communiqué dans les plaquettes du club ou sur ses moyens de communication Il y a de plus en plus de demande au prud'homme dernièrement voire même de demande de requalification faite par l'Ursaff au titre de cotisations sociales non perçues...
  10. C'est vrai que je n'avais pas pensé à l'arrêt maladie. Pour la retraite, il me semble que notre DES cotise à quelque chose d'autre comme le souligne Kramer et c'est vrai qu'il ne faut pas le négliger. @STICKMAGASSI : dans les cours en libéral, il n'y a pas que les adhérents du club même si je suis d'accord qu'ils doivent en représenter la quasi totalité.
  11. Je ne connais pas bien la situation du statut d'indépendant chez les profs de tennis, mais j'ai un petit avis sur la question pour avoir été consultant indépendant plus de 10 ans. C'est un choix à faire avec 2 solutions qui ont leurs avantages et inconvénients. En indépendant, on paye moins de charges donc on gagne plus, mais on est moins couvert. Après on est libre de souscrire à des assurances individuelles ou de se faire une retraite en investissant ailleurs que dans le système d'état. Et quand on est malade, on a tendance à reprendre le travail plus vite que quand on est salarié. La subordination existe toujours plus ou moins vis à vis de ses clients ou de ses intermédiaires (en l’occurrence le club de tennis ici) Je dirais en règle générale qu'un bon deal est celui où les parties trouvent tous leur compte et que plus tu gagnes, plus tu as intérêt à être indépendant.
  12. pour les stages (si ils sont à l'initiative de l'enseignant) et les indivs cela reste dans une certaine logique, pour les cours collectifs non. En fait ce qu'il faut voir c'est si le dispensage de cours est inédit / à l'initiative de l'enseignant (par exemple si il propose des cours de fitness tennis qui n'ont jamais existé dans le club, là ok) ou si il est identique en tout point à ce qui se faisait avant son arrivée eventuelle, des cours collectifs, c'est quelque chose qui vient de base de l'initiative des clubs, donc, dans ce cas j'appelle ça du maquillage de contrat, et cela devrait etre interdit
  13. C'est un bon compromis temps que ton enseignant n'a pas de soucis de santé car s'il doit s'arrêter, il touchera seulement les remboursements de la partie salariée... et je parle pas de la retraite qui va forcément être impactée...
  14. OK et OK Ça n'a pas trop chagriné Jeje par contre...
  15. Garder confort et puissance, je parie.
  16. Format retenu par pas mal de club en effet. Pour notre part on a un contrat a temps plein pour tous les cours, seuls les stages et indiv sont en libéral. C est un choix afin de maintenir un tarif d adhésion en dessous de ce qui se fait sur le secteur.
  17. Il déconseille toujours le mono sur les cadres d'un poids inférieur à 295-300g
  18. Wilson Clash

    Je garderais 23 avec le double AR, et baisserais de 2kg avec les autres. Ceci dit, vu que ton épaule et ton coude sont fragiles, j'essaierais du boyau ( si tu as les moyens), du TGV ou du HDX( même si ils ne sont pas typés effets) parce que le luxilon et le tour bite, c'est super mais qd même bien rigide. Rq: les pb d'épaule, c'est souvent la balle qui n'est pas assez lancée devant soi au service.
  19. +1 avec Trollix, notre DES est salarié pour l'école de tennis et les entraînements d'équipes, le reste est en libéral, c'est un bon compromis pour tout le monde.
  20. Tambouil ton doigt est bloqué sur l'émoticone "confused" ou bien ?! Qu'est-ce qui te chagrine dans ce que je dis ?
  21. Wilson Clash

    J'ai perso baissé d'un kilo de plus : 21/19 A tester.
  22. Wilson Clash

    J'y pense, et si je ne le trouve pas assez puissant, une alternative ?
  23. Dans un club que je connais bien, c'est les enseignants du club eux-même qui ont un contrat mixte qui veulent le conserver. Ecole de tennis en salarié, Entrainement equipes en salarié, mais tout le collectif adulte en libéral, stages vacances jeunes en libéral (plus les indiv, mais ça c'est normal). Par contre, pas de partage avec un enseignant externe au club.
  24. As tu regardé sur Ten'up ? J'ai vu cette fonctionnalité (réserver un court dans un autre club) sur mon profil.
  25. Yesterday
  26. @denebola oui d'ailleurs de + en + de clubs veulent des enseignants full/uniquement auto-entrepreneurs, on le voit bien sur la bourse de l'emploi (j'appelle ça la uberisation du prof de tennis) uniquement pour faire des économies (à défaut d'initiateur adhérent ou simple stagiaire), arretons de faire les hypocrites sur ce point > la raison financière est l'unique raison pour IMPOSER ce statut. > le salarié paye + de sa poche (charges ect) et perd ses droits chomages eventuels et certains avantages en securité sociale (donc vaut mieux etre sur de son coup); le club quand à lui ne sors quasiment + rien alors forcemment c'est tout bénéf quand on est une assoc près de ses sous... d'ailleurs dans un système ou on base son salaire essentiellement sur les cotisations des adhérents, bon courage pour courir après les chèques des uns et autres au fil de l'année quand on sait comment cela se passe hors théorie ... Pour ma part ça a toujours été niet. Le statut auto-entrepreneur pour faire des stages et des indivs à la rigueur oui, mais pour ce qui est des cours collectifs c'est or de question. Les heures de travails sont d'ailleurs indirectement imposées (en debut d'année) et hormis ça les bureau des clubs trouveront toujours des manières insidieuses de faire passer leurs messages ou exercer leurs droits de regard ce qui explique pourquoi dans le cadre d'une affaire portée aux prudhommes ou enquete on abouti à une requalification en salariat
  1. Load more activity
×