Jump to content
Forums Tennis-Classim

toto31

Membre
  • Content count

    562
  • Joined

  • Last visited

About toto31

  • Rank
    Service de plomb

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Interests
    Tennis Coaching individualisation profilage ATA /Analyse signature motrice

Info Tennis

  • Classement
    non renseigné
  • Ligue
    Languedoc Rousillon
  • Raquette
    Wilson

Recent Profile Visitors

3454 profile views
  1. Les points clés du revers à une main

    ça fait partie du protocole de profilage des motricités, se serait un peu long à expliquer, un livre sort bientôt
  2. Les points clés du revers à une main

    Tu veux dire hétérogène (croisée)/homogène non? oui œil moteur gauche / épaule gauche dominante aussi
  3. Les points clés du revers à une main

    Asymétrique c'est pour l'équilibre dynamique tandis qu'associé ou dissocié c'est pour l'axe des ceintures et en résulte le point mobile (D8 ou L5) çà peux prêter à confusion effectivement
  4. Les points clés du revers à une main

    C'est pas un problème, observe le mouvement plutôt dans sa globalité sur vidéo et tu pourra voir que même si il est vrai qu'il peut y avoir une légère dissociation en préparation ( heureusement on est pas des robots ) la rotation se fait au niveau des lombaires et la hanche ne tarde pas à suivre les épaules au moment de la frappe et après la frappe, en coup droit par exemple un peu comme une porte qui pivote dans le même plan https://youtu.be/lXJGRz1nep8
  5. Les points clés du revers à une main

    Oui c'est exact Federer est associé avec un point mobile bas L'association ou la dissociation ne varie pas selon les coups de plus c'est un paramètre qui est "structurel" autrement dit qui ne varie pas dans le temps et selon les contextes, Si l'on perçoit quelques différences comme des orientations, des amplitudes en préparation... c'est lié à d'autres paramètres
  6. Les points clés du revers à une main

    @ACE dans l'entrainement via les préférences motrices nous sommes dans l'individualisation, l'entraineur procèdera à un profilage de toutes des motricités il mettra en évidence tes forces afin de t'appuyer dessus, il te proposera ensuite des solutions que tu pourras valider sur le court ... ou pas Il n'y plus de "il faut que" c'est le joueur est au centre de sa technique, c'est lui qui saura le mieux ce qui est efficient pour lui.
  7. Les points clés du revers à une main

    Effectivement la stabilité de la tête est très importante lors de la réalisation d'un mouvement , Alain Berthoz parle de " centrale inertielle " je vous renvoie à ses ouvrages:" la simplexité" ou "le sens du mouvement".. L'œil directeur est l'œil celui de la visée. Dans le cas des préférences motrices on va s'intéresser plutôt a l'œil moteur ( il peut être le même que le l'œil directeur ) son rôle est de capter très rapidement le mouvement, donc il très important d'orienter un peu comme un radar son œil moteur vers l'action, en l'occurrence la balle afin d'optimiser le cycle perception/action pour se coordonner plus facilement et trouver de la fluidité. la posture va jouer un rôle très importants ( cf les vidéos sur les préférences motrices tennis)
  8. Les points clés du revers à une main

    Oui sur tout les coups, tout à fait ! A haut niveau ou plus globalement dans la population c'est à peu prés du 50/50
  9. Les points clés du revers à une main

    https://www.facebook.com/MP2P-353946958452184
  10. Les points clés du revers à une main

    Pour ceux qui sont intéressés je vais vous mettre un lien qui concerne les préférences motrices en lien avec le tennis, oui tout à fait on impose souvent des choses contraires.. ActionTypes
  11. Les points clés du revers à une main

    Bonjour Dragan, il s'agit là de préférences motrices innées, nous en avons beaucoup, mises au évidences par Actiontypes - Les "dissociées" vont naturellement croiser la ligne de la ceinture pelvienne et scapulaire avec un point mobile haut (zone de coordination ou de rotation) rotation préférentielle en D8, avec une angulation et un "facteur X" - Les" associées" vont associer naturellement les deux ceintures en gardant les 2 lignes quasiment parallèles avec un point de coordination bas au niveau de la 5ème lombaire Plus simple de comprendre avec une vidéo
  12. Balle haute adverse

    Bonjour à tous ! hello Bertrand! Effectivement le choix dans la majorité du temps va se porter sur ce qu'on est capable de faire le mieux en gardant à l'esprit la notion d'efficience, pour certaines personnes avancer ne posera pas de problème car avec une préparation avec un centre de masse plutôt en arrière (terrien ou marche par le bas) il vont pouvoir facilement avancer, pour d'autres c'est l'inverse.. il s'agit là de de préférences motrices innées. Même si l'on est capable de tout faire, certaines actions se feront naturellement avec fluidité et coordination. Certains déclenchent leurs frappes à partir du bas (hanche) d'autres plutôt aérien ont une frappe qui part des épaules. Certain ont une vision périphérique préférentielle basse d'autres une vision périphérique préférentielle, ce qui va avoir un impact direct sur les moments de prises de balles etc etc ... donc d'abord repérer et s'appuyer sur ses forces individuelles c'est à mon sens un bon point de départ.
  13. Revolution coup droit

    @nutsolaJe pourrais te l'expliquer en te disant juste que nous sommes tous différents et que vouloir imiter la gestuelle d'un autres peu s’avérer fastidieux voire complétement inefficace et meme entraîner des blessures. Nous avons tous des préférences motrices qui sont nos points forts, en s'appuyant dessus on va pouvoir être efficient, avoir un coût énergétique peu élevé avec un maximum d'efficacité. Je peux te donner un exemple: certains joueurs sont dit associés, ils associent la ligne du bassin et les épaules à la frappes d'autres non sont dit dissociés (ref Actiontypes voir les posts dans prépa mentale) Partir vers un modèle qui nous correspond pas est je pense problématique... En ce qui concerne révolution tennis je ne remet pas en cause le professionnalisme du DE , je dis juste que depuis les début du tennis on a voulu modéliser la technique, c'est valable dans d'autres sports et bien d'autres domaines dans notre société, mais ce n'est pas une révolution. Je ne sais pas si j'ai été suffisamment clair, n’hésite pas en tout cas
  14. Revolution coup droit

    Le meilleur concentré de tout les non sens pédagogiques du tennis Au début de l'enseignement du tennis quand les enseignants professionnels n'existaient pas encore, seul le meilleur joueur club pouvait donner des leçons à tous les autres membres qui devaient imiter sa gestuelle, ce "modèle pédagogique" à fait énormément de dégâts et continue encore à perdurer malheureusement Rien de révolutionnaire..au contraire
  15. Approche ActionType ATA

    La FFT et le CNE aussi sur les préférences motrices Actiontypes Les préférences motrices La Direction Technique Nationale s’intéresse à l’approche dite "des préférences motrices", en matière de préparation d’entraînement. Cyril Brechbuhl, entraîneur physique national, en évoque les points forts. Quel est l’esprit de cette approche ? On a beaucoup utilisé le mot “individualisation”. Cette approche consiste à ne pas prendre en considération une seule et unique façon de faire, mais à s’intéresser en premier lieu aux préférences de l’individu. Pas pour l’y maintenir exclusivement, mais pour partir de ses préférences afin de compléter son champ des possibles. En quoi est-ce vraiment important ? La grande notion ici, c’est que certains fonctionnent comme des “aériens” et d’autres plutôt comme des “terriens”. Des joueurs comme Alexandr Dolgopolov ou Adrian Mannarino sont typiquement aériens, ce sont un peu des marsupilamis montés sur ressorts ! À l’inverse, Jo-Wilfried Tsonga est un véritable terrien, tout comme Dominic Thiem, qui va chercher ses ancrages forts au sol, qui a des déplacements horizontaux. Aucune façon d’être n’est préférable à l’autre. On ne va pas demander à l’aérien de se comporter comme un terrien, et inversement. Il faut respecter la préférence naturelle de chacun, tout en amenant dans le même temps le joueur dans sa partie la plus difficile, dont il va aussi avoir parfois besoin. L’enjeu est là : faire avec la préférence naturelle pour mieux la compléter. Cela permet également d’éviter des blessures. Comment l’appliquez-vous au sein de la FFT ? Selon le cas de chacun, on va adapter le travail. Cela fixe des objectifs différents, avec une lecture des chiffres liés aux entraînements différente selon les cas. Sachant que la finalité est la même : se déplacer rapidement sur le terrain et frapper fort en arrivant sur la balle. Mais tout cela va être fait en exploitant des ressources différentes. Aujourd’hui, à la FFT, on en est aux balbutiements. Il y a un intérêt autour de ça, mais c’est aussi à manipuler avec prudence. Pour moi, il s’agit de faire avec cette approche, tout en respectant les fondamentaux historiques de la discipline. Au sein de la DTN, une quinzaine d’entraîneurs a commencé à se former à cette approche. L’enjeu est d’en prendre le positif, à savoir chercher à individualiser les contenus d’entraînement, les évolutions techniques, sans pour autant ne jurer que par ça. Pourquoi est-ce particulièrement intéressant, dans un sport comme le tennis ? Chaque athlète arrive avec ses bagages, son histoire, ses préférences, ses aspirations. On parle des aériens et des terriens, mais il y a aussi les “dissociés” – quand le joueur rompt l’alignement entre la ligne d’épaules et la ligne de bassin – et les “associés”. Mettre les joueurs dans leur préférence motrice, c’est les mettre dans de bonnes dispositions pour performer. S’ils sont bien dans leur motricité, ils géreront mieux l’adversité. Cela renvoie aussi au fait que la bonne remédiation technique doit être efficace assez rapidement. Si ça coince, c’est que ça ne colle pas à la personne. Si on fait passer au forceps, ce n’est alors pas naturel et ce n’est peut-être pas la bonne solution. La bonne solution doit apporter sa plus-value de façon assez rapide et naturelle.
×